Le concept


ligne-3-bleu1

fleche-rougeAprès avoir reçu prés de 400 heures d’enseignements hautement spécialisés, les étudiants peuvent mettre en pratique leurs compétences et aptitudes. En trinôme, ils sont accueillis par un tuteur, qui figure parmi les meilleurs administrateurs judiciaires de la région parisienne, pour une étude de cas, en situation réelle. Pendant une période de 8 semaines, ils intègrent leur étude d’accueil et analysent dans les moindres détails le dossier d’une entreprise en difficulté faisant l’objet d’une procédure amiable ou collective en cours, pour en restituer une synthèse et proposer leurs propres solutions devant un jury composé de personnalités éminentes, en partenariat avec le CNAJMJ et la caisse des dépôts et Consignations.
Héritier de la pédagogie avant-gardiste développée par Robert PAPIN, qui a participé à sa mise en place en 2009, ce séminaire est dirigé par Hélène BOURBOULOUX et Cédric COLAERT, notamment au travers de réunions de suivi hebdomadaires, lors desquelles ils encadrent les analyses de chaque groupe dans un objectif de professionnalisation, de pluridisciplinarité et d’excellence.

biographie-robert-papin

Le DU Droit des Entreprises en Difficulté: un grand espoir
En 2009, j’ai été sollicité par Hélène BOURBOULOUX pour assurer un enseignement de finance. Administrateur judiciaire déjà fort connu pour sa compétence en matière de redressement des entreprises en difficulté, elle était aussi très aprréciée pour sa générosité et son sens humain.
Elle m’a proposé d’organiser une réunion avec le professeur François-Xavier LUCAS, responsable de la formation et j’ai accepté.

En discutant avec Hélène et François-Xavier, je ne pouvais m’empêcher de penser à la mission de redressement des entreprises en difficulté, un des fleurons de ma pédagogie et du programme d’HEC-Entrepreneurs dès sa création. Cette mission m’avait permis de mobiliser des administrateurs talentueux et elle avait largement contribué à l’efficacité de la formation dispensée à mes élèves. Elle avait aussi conduit 4 d’entre eux, dont Hélène et Philippe JANEROT, à devenir administrateurs judiciaires. Hélène qui était très maligne, se doutait que je ferais le rapprochement et que je m’étonnerais de l’absence d’enseignements de finance dans son programme. Lorsque j’ai formulé cette remarque, mes deux interlocuteurs m’ont dit: »C’est la raison pour laquelle nous vous avons sollicité » et ils se doutaient que j’accepterais car je pensais déjà à l’intérêt pour eux de lancer des missions terrain.

 J’ai suggéré à Hélène et François-Xavier de lancer immédiatement avec cette promotion-là une mission réelle de redressement. Tous deux ont été d’accord. Hélène à réussi à mobiliser des administrateurs judiciaires pour encadrer les équipes d’élèves et comme elle connaissait parfaitement les modalités et l’esprit de la pédagogie, j’étais totalement rassuré car je savais qu’elle ne ferait aucune concession sur la qualité des missions. Elle a également accepté de réaliser les bilans intermédiaires hebdomadaires au cours desquels chaque équipe présente l’avancement de ses travaux et se fait rudoyer par Hélène pour les erreurs commises. Un jury de clôture a été organisé avec des spécialistes et ces derniers ont été étonnés par les prestations des étudiants. Seul regret: certains élèves n’ont pas eu la possibilité de participer à la mission car ils habitaient en province ou parce qu’ils n’avaient pas pu se libérer de leurs obligations professionnelles.

Pour la promotion suivante, les élèves admis dans le DU ont été incités d’emblée à se libérer complétement pendant les semaines consacrées à la mission. Lors du jury final de la mission, les magistrats, mandataires, administrateurs judiciaires et avocats présents ont été enthousiasmés par la prestation des élèves. Un des administrateurs m’a même écrit que les élèves du Du étaient plus performants que ceux d’HEC-Entreprendre. La relève était assurée au moins pour cette mission terrain.
Sa réussite à largement reposé sur l’enthousiasme d’Hélène BOURBOULOUX et sur un professeur de faculté que je serais fier d’aider si un jour il décidait de lancer un Master Entrepreneurs au sein d’une université.

Ce professeur là a renforcé la confiance que j’avais déjà dans la capacité des université à redonner sa notorieté à l’enseignement supérieur. Il suffirait qu’elle aient à leur tête des hommes ou des femmes qui auront le désir d’oser pour gagner.

icone-directeurs
La présentation des directeursEn savoir plus
icone-intervenants
La présentation des intervenantsEn savoir plus
icone-programme
La présentation du programmeEn savoir plus

ligne-3-bleu1